RANDONNEES ET ASCENSIONS DANS LES PYRENEES

Accueil      
PYRENEES ATLANTIQUES Labourd Basse Navarre Soule Barétous Vallée d'Aspe Bas Ossau Haut Ossau
HAUTES PYRENEES Lourdes-Val d'Azun Argelès-Cauterets Castelloubon-Campan Barèges-La Mongie Vallée du Gave de Pau Vallée d'Aure Louron-Nistos-Barousse
HAUTE GARONNE Oueil-Oo Vallée de Luchon Vallée du Lys Vallée de la Pique Vallée de la Garonne Cagire-Cournudère  
ARIEGE Lez-Ribérot Salat-Alet Vicdessos-Garbet Siguer-Aston Orgeix-Oriège Mont d'Olmes St Girons-Foix
PYRENEES ORIENTALES Cerdagne Capcir Conflent Vallespir Aspres Albères  
AUDE Haute Vallée de l'Aude Corbières Région Limouxine Montagne d'Alaric      
ESPAGNE              
ANDORRE              

ARGELES-CAUTERETS

PIC DE TAPOU - MONTFERRAT - PIC CENTRAL - PIC DE CERBILLONA - PIC DU CLOT DE LA HOUNT - VIGNEMALE (799,800)

04-05/07/2015

Trace gpx : 799 Pic de Tapou - Montferrat - Pic Central Pic de Cerbillona

Trace gpx : 800 Pic du Clot de la Hount - Pique Longue du Vignemale
  Clic droit et "Enregistrer le lien sous ..."

CAPTURES SUR CARTE IGN ET SUR GOOGLE EARTH

Barrage d'Ossoue - Pic de Tapou - Montferrat - Pic Central Pic de Cerbillona - Col de Cerbillona

ign  ign  ign 

Image flottante   Pour le départ rejoindre le barrage d’Ossoue. Remonter la vallée du gave de Pau jusqu’au village de Gavarnie. A l’entrée de Gavarnie après avoir passé le pont qui enjambe le Gave de Pau, prendre à droite et quelques centaines de mètres plus loin prendre une deuxième à droite la petite route jusqu’au barrage d’Ossoue. Celle-ci est goudronnée sur quatre kilomètres et en piste sur les quatre autres.
Du parking monter à hauteur du lac et longer la rive gauche par un bon sentier très parcouru (GR 10). En bout de la zone de plat que représente les Oulettes d’Ossoue, une passerelle permet de passer rive droite du torrent et le sentier commence à prendre de l’altitude pour surmonter un verrou. Cette première montée est suivi d’une légère descente et le sentier recommence à monter avec un premier virage en épingle à cheveux à gauche, au deuxième virage quitter le sentier pour remonter les pentes d’herbe raides pour atteindre le pied de l’arête est du Grand Pic de Tapou : 1160 m, d’environ 2000 à 3160 m. Cette arête est en trois parties distinctes.
1. Un premier tronçon en herbe qu’il faut remonter au mieux, raide mais sans problème.
2. Un deuxième tronçon rocheux inégal en qualité. Calcaire en majorité, schiste sur la fin. La qualité s’améliore en prenant de l’altitude et la difficulté aussi. La dernière portion de la partie rocheuse représente la partie la plus technique. Escalade II et III. Facile et sur du bon rocher. Nous avions une corde de 30 m et quelques sangles mais nous n’avons rien utilisé.
3. Une fois la partie escalade terminée, le troisième tronçon en éboulis jusqu’au sommet du Tapou n’oppose aucune difficulté.
La traversée Tapou Montferrat est l’étape suivante. Descendre vers le col qui sépare le Pic de Tapou de l’arête du Montferrat. Sur la droite de ce col un couloir de neige plonge vers les restes du glacier de Montferrat. Descendre une quarantaine de mètres sur la rive droite du couloir, repérer sur la rive opposée une petite rampe qui permet de prendre pied sur le versant est de la traversée. Traverser le couloir de neige au mieux en fonction des conditions. Une fois la rampe passée remonter en direction de la crête en traversée ascendante vers la droite. Sur la crête se diriger vers le Monferrat jusqu’à buter sur un ressaut. Le contourner par la droite et prendre la première cheminée sur la gauche pour remonter sur la crête que l’on ne quitte plus jusqu’au sommet. Cette traversée n’est pas difficile mais demande un peu de jugement et d’expérience dans ce type de terrain. Escalade II et III.
Le reste du parcours est évident, il n’y a pas de difficulté particulière à par le fait de mettre les mains de temps en temps. La crête jusqu’au Pic Central est élégante et aérienne. Poursuivre jusqu’au col de Cerbillona se fait en marchant.
Initialement un bivouc au sommet de la Pique Longue du Vignemale était prévu. Mais le vent est devenu trop violent pour passer le Pic du Clot de la Hount par la crête, on a bivouaqué au Col de Cerbillona.

POINTS CARACTERISTIQUES DU PARCOURS

Barrage d'Ossoue 1820 m - Pied de l'arête 1990 m - Grand pic de Tapou 3150 m - Brêche Tapou Montferrat 3102 m - Montferrat 3219 m - Point bas 3173 m - Pic Central 3235 m - Col Lady Lyster 3200 m -
Pic de Cerbillona 3247 m - Col de Cerbillona 3195 m

🕖  :  08h10   /  Météo  :  🌞🌞🌞🌞⛅  Vent violent toute la nuit
 :  11.000 km   /  Intérêt  :  ❤  ❤  ❤  ❤  ❤
 :  1770 m   /  Terrain  :   Sentier, arête, crête
 :  395 m   /  Matériel  :  Corde 30 m, sangles
 :  4h35   /  Equipement  :  Bivouac, baudriers, casque, carampons
 :  5h40   /  Difficulté  :   PD+ / III
 :  10h15   /  Topo  :   Guide Ollivier

PHOTOS PREMIER JOUR

CAPTURES SUR CARTE IGN ET SUR GOOGLE EARTH

Col de Cerbillona - Pic du Clot de la Hount - Pique Longue du Vignemale - Barrage d'Ossoue

ign  ign  ign 

Image flottante   Après une soirée et une nuit ventées, les rafales sont plus violentes au matin. Bien à l’abri derrière le rempart de pierre de l’aire de bivouac nous prolongeons la nuit au chaud dans les duvets. La poursuite de la traversée jusqu’au Petit Vignemale est abandonnée.
La traversée du col de Cerbillona à la Pique Longue du Vignemale a été scabreuse et a nécessité plusieurs arrêts pour éviter d’être renversés. Cette traversée de niveau II concentre les difficultés dans la descente du Pic du Clot de la Hount et le début de la remontée vers la Pique Longue.
Descente par la voie normale avec passage à la Grotte Paradis quelques mètres en dessous du sommet. Récupération des sacs au Col de Cerbillona et descente par le glacier d’Ossoue et le GR 10 à partir des Grottes Bellevue.

POINTS CARACTERISTIQUES DU PARCOURS

Col de Cerbillona 3195 m - Pic du Clot de la Hount 3289 m - Vignemale 3298 m - Col de Cerbillona 3195 m - Grottes Bellevue 2440 m - Barrage d'Ossoue 1820 m

🕖  :  09h15   /  Météo  :  ⛅🌞🌞🌞🌞  Vent violent le matin
 :  10.510 km   /  Intérêt  :  ❤  ❤  ❤  ❤  ❤
 :  290 m   /  Terrain  :   Crête, glacier, sentier
 :  1675 m   /  Matériel  :  Corde 30 m, sangles
 :  2h55   /  Equipement  :  Bivouac, baudriers, casque, carampons
 :  2h50   /  Difficulté  :   PD / II
 :  5h50   /  Topo  :   Guide Ollivier

PHOTOS DEUXIEME JOUR

CARTE POUR LES DEUX JOURS

ign

CARTE IGN CARTE ROUTIERE

AUTRES PARCOURS PROCHES Pique Longue du Vignemale


UN PEU DE CULTURE PYRENEENNE

Image flottante  HENRY RUSSELL : LE VIGNEMALE ET AUTRES TEXTES   Celui qui allait devenir l'un des grands maîtres pyrénéistes est né à Toulouse en 1834, d'un père irlandais et d'une mère française. Après une enfance choyée dans la meilleure société de Pau, il termine ses études en Irlande avant de se lancer dans de longs voyages dont il ramènera Seize mille lieues à travers l'Asie et l'Océanie. De retour à Pau, fasciné par les Pyrénées de son adolescence, il partage désormais son temps entre une vie mondaine en hiver et une prodi­gieuse carrière d'ascensionniste qui le mènera à travers toute la chaîne, et en particulier sur le Vignemale qu'il escaladera plus de trente fois, où il aménagera des grottes pour y vivre et dont il deviendra même le concession­naire pour quatre-vingt-dix-neuf ans. Souvenirs d'un montagnard, publié en 1910, en dehors d'un témoignage extraordinaire sur les Pyrénées, demeure une passionnante entreprise littéraire.
EDITIONS L'HORIZON CHIMERIQUE


HENRY RUSSELL KILLOUGH naît en 1834 à Toulouse. Son père est issu d'une vieille famille Irlandaise au Catholicisme rigoureux; sa mère est française. C'est elle qui le met pour la première fois en contact avec la montagne au cours de petites randonnées.
A l'âge de 23 ans, il entreprend son premier voyage lointain, qui le conduit jusqu'en Amérique du nord. De retour à Pau, il se lance à la conquête des Pyrénées.
L'été 1858, il se trouve à Barèges et découvre véritablement la montagne: il ascensionne le Néouvielle, l'Ardiden et trois fois le Mont Perdu, dont une fois seul à partir de Luz.
En août 1858 , à Gavarnie, il manque de mourir de froid, de faim et de fatigue: perdu dans la tempête sur les gradins du cirque, il erre une nuit durant au bord des précipices.
En 1859, il s'engage dans la marine, et part pour son second voyage lointain qui durera trois ans.
Retour dans les Pyrénées en 1861. Seul, ou avec ses guides il effectue d'innombrables ascensions, réalisant une trentaine de premières. Il vit d'une fortune personnelle et des rentes de ses placements bancaires. Durant l'hiver il se plie aux contraintes de la vie mondaine de la haute société Paloise, mais dès les premiers jours de l'été, il repart vers les sommets.
Son destin est lié au Vignemale où il monte pour la première fois le 14 septembre 1861 avec le guide Laurent Passet.
Le 19 août 1864, à l'hôtel des voyageurs de Gavarnie, il fonde avec Maxwell Lyte, Charles Packe et Emilien Frossard la première société de montagnards: la société Ramond. Sept ans après en 1868, il monte au Vignemale pour la seconde fois avec Hippolyte Passet. Pour sa troisième ascension, il effectue la première hivernale le 11 février 1869 avec Hippolyte et Henri Passet. C'est la première grande ascension hivernale effectuée en Europe.
Il veut passer des nuits en montagne. Le 26 août 1880 il passe une nuit à la belle étoile au sommet de la Pique Longue. Il envisage alors l'emménagement des grottes, car toute autre construction ne pourrait être qu'inesthétique et impromptue dans un tel lieu, pense-t-il. Il fait creuser sept grottes. Le travail s'étale de 1881 à 1893. Le 01 août 1882 la première grotte est achevée; c'est la villa Russell située à 3205m d'altitude au col de Cerbillonna (3 m de long, 2.5 m de large et 2 m de Haut.) Russell habite sa grotte pendant trois jours. En 1885, il fait creuser la seconde grotte (celle des guides) puis en 1886 la troisième; celle des dames.
Le 05 décembre 1888, il demande au préfet des Hautes-Pyrénées, de lui accorder la concession du Vignemale (200 ha entre 2300 et 3300m). La location annuelle est fixée à 1 franc sur 99 ans et débute en janvier 1989. Il fera ériger au sommet une tour de pierres de trois mètres de haut pour lui faire dépasser symboliquement la barre des 3.300 mètres. Certains étés, le glacier recouvrant ses grottes, trois autres seront creusées 800 m plus bas à la base du glacier (2400m): les grottes Bellevue. Il y organise des réceptions somptueuses et légendaires. Puis en 1893, 18 m en dessous du sommet, sa dernière grotte voit le jour: la grotte Paradis.
Il montera pour la trente-troisième et dernière fois au sommet de son cher Vignemale le 08 août 1904.
Il meurt à Biarritz en 1909.


 

Que l'on arrive par le Col du Tourmalet ou depuis Lourdes il faut rejoindre Luz Saint Sauveur pour ensuite aller sur Gavarnie et le Barrage d'Ossoue terminus de la route

8 KILOMETRES SEPARENT GAVARNIE DU BARRAGE D'OSSOUE LA PREMIERE MOITIE EST GOUDRONNEE LA SECONDE EST EN PISTE CARROSSABLE

Ecrire à l'auteur
(Accueil)

Creative Commons License  Cette page est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International License  2017  Michel Cassou
Valid CSS 3 Valid HTML 5