Accueil      
PYRENEES ATLANTIQUES Labourd Basse Navarre Soule Barétous Vallée d'Aspe Bas Ossau Haut Ossau
HAUTES PYRENEES Lourdes-Val d'Azun Argelès-Cauterets Castelloubon-Campan Barèges-La Mongie Vallée du Gave de Pau Vallée d'Aure Louron-Nistos-Barousse
HAUTE GARONNE Oueil-Oo Vallée de Luchon Vallée du Lys Vallée de la Pique Vallée de la Garonne Cagire-Cournudère  
ARIEGE Lez-Ribérot Salat-Alet Vicdessos-Garbet Siguer-Aston Orgeix-Oriège Mont d'Olmes St Girons-Foix
PYRENEES ORIENTALES Cerdagne Capcir Conflent Vallespir Aspres Albères  
AUDE Haute Vallée de l'Aude Corbières Région Limouxine Montagne d'Alaric      
ESPAGNE              
ANDORRE              

BORNES FRONTIERES 85 A 90 (724)

FRONTIERE DU BASTAN AU COL D'IPARLA

PYRENEES ATLANTIQUES - BASSE NAVARRE

05/05/2014

Trace gpx : 724 Bornes frontière 85 à 90
Clic droit et "Enregistrer le lien sous ..."

CAPTURES SUR CARTE IGN ET SUR GOOGLE EARTH

ign  ign  ign  ign

Image flottante   Du parking descendre jusqu’au Bastan, la borne 85 est sur l’autre rive. La végétation et la nature du terrain oblige à s’écarter à plusieurs reprises du tracé théorique de la frontière.
Du Bastan revenir vers le parking et remonter au mieux les pentes qui mènent à une piste. La borne 86 non visible depuis la piste se trouve dans une prairie sur la gauche un peu avant la bergerie.
Suivre la piste pour atteindre facilement la borne 87. De là il faut partir plein sud pour descendre dans le vallon et remonter en face. La descente n’est pas difficile mais la végétation pas très agréable. Par contre pour remonter nous avons fait un détour sur la droite, pour contourner au plus court un ressaut raide en mauvais terrain. La carte IGN donne comme repère suivant pour la frontière une borne portant le numéro 88. Je n’ai pas trouvé de borne mais une croix, qui se trouve sur un grand rocher horizontal en bordure d’une dépression assez importante dans laquelle la ligne frontière descend et remonte en face. Nous avons préféré contourner cette dépression par la gauche en passant par la bergerie Belzaouzk, après la bergerie nous sommes revenus sur la frontière en suivant des sentes plus ou moins bien marquées un peu avant la borne 89. Cette borne est couchée au milieu des rochers.
Le Col d’Iparla est visible depuis la borne 89, le rejoindre ne représente pas de problème.
Pour le retour nous repassés à proximité de la bergerie Belzaouzk, ensuite le col de Lacho. Du col une piste ramène à la borne 87 d’où on revient facilement au parking.

POINTS CARACTERISTIQUES DU PARCOURS

Bassassagar 240 m - Torrent du Bastan 150 m - Larhanton 411 m - Col d'Iparla 950 m - Belzaouzk 750 m - Col de Lacho 520 m - Bassassagar 240 m

🕖  :  08h20   /  Météo  :  🌞🌞🌞🌞🌞
 :  11.950 km   /  Intérêt  :  ❤  ❤  ❤
 :  950 m   /  Terrain  :  Sentier, hors sentier, crête
 :  950 m   /  Matériel  : 
 :  4h00   /  Equipement  : 
 :  2h00   /  Difficulté  :  Pente forte, broussailles
 :  6h00   /  Topo  :  Carte IGN, Google Earth

PHOTOS DE LA SORTIE CARTE IGN CARTE ROUTIERE  


UN PEU DE CULTURE PYRENEENNE

Image flottante   MEG OSTRUM : LE CHIRURGIEN ET LE BERGER  
Mendive, village du Pays basque, et la forêt d'Iraty, zone frontière avec l'Espagne, furent le théâtre de hauts faits de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. En 1942, Charles Schepens, jeune médecin ophtalmologiste belge, va sous le nom de Jacques Pérot y reprendre l'exploitation forestière en remettant en service la scierie du village et son câble d'approvisionnement à travers la montagne, à l'abandon depuis plusieurs années. Se faisant passer pour collaborateur, "Monsieur Pérot" mystifia les Allemands aussi bien que la population basque locale. Avec le soutien du berger basque Jean Sarochar, être fantaisiste, désintéressé, épris de liberté, considéré par les habitants comme "le plus grand menteur du village", il organisa, sous la couverture de la Compagnie d'Iraty, un réseau d'évasion et de passage de documents de renseignements d'une prodigieuse efficacité, et d'une telle discrétion que l'histoire aurait pu les oublier. Ce n'est qu'après sa fuite en Angleterre que les services de renseignement britanniques, à Londres, prirent la mesure de l'importance de l'opération secrète de la scierie de Mendive. Parmi les milliers de personnes qui parvinrent à fuir à travers les Pyrénées, une bonne centaine doivent la vie au docteur Charles Schepens et à Jean Sarochar.
EDITIONS AUBERON


MEG OSTRUM, consultante en muséographie dans le Vermont


 

 

Parking au terminus de la route à la frontière


Ecrire à l'auteur
(Accueil)

Creative Commons License  Cette page est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International License  2017  Michel Cassou
Valid CSS 3 Valid HTML 5